L'eau, source de vie

L'eau, source de vie

BULLETIN INFORMATION AVRIL 2016

Notre dernier bulletin d'information LIZIBA est arrivé. Toutes les nouvelles au sujet de la construction de notre première citerne.

LE PAPE FRANCOIS ET LA QUESTION DE L'ACCES A L'EAU

Le pape François a abordé la question de l’eau dans sa lettre encyclique Laudato Si’ en mai 2015. Voici ce qu'il en dit:

29. Un problème particulièrement sérieux est celui de la qualité de l’eau disponible pour les pauvres, ce qui provoque beaucoup de morts tous les jours. Les maladies liées à l’eau sont fréquentes chez les pauvres, y compris les maladies causées par les micro-organismes et par des substances chimiques. La diarrhée et le choléra, qui sont liés aux services hygiéniques et à l’approvisionnement en eau impropre à la consommation, sont un facteur significatif de souffrance et de mortalité infantile. Les eaux souterraines en beaucoup d’endroits sont menacées par la pollution que provoquent certaines activités extractives, agricoles et industrielles, surtout dans les pays où il n’y a pas de régulation ni de contrôles suffisants. (…)

PROJET CITERNE 2015-2018

PROJET CITERNE

Un projet soutenu par nos 300 donateurs,
par les coureurs de l'Ultra-Trail du Mont-Blanc et
la Société des Distributeurs d'eau de Suisse romande (SDESR).

 PREMIERE PHASE
Creuser, terrasser, préparer la ferronnerie, coffrer et réaliser les semelles.

DEUXIEME PHASE
Couler la dalle de fond, coffrer les murs, préparer la ferronnerie,
couler les murs et les sommiers.


TROISIEME PHASE 
Décoffrer et lisser toutes les surfaces


QUATRIEME PHASE
Préparer le coffrage et les ferrons pour la dalle et la couler.
 

CINQUIEME PHASE
Coupler la citerne avec les chenaux et construire le lieu de puisage à une légère distance.


FINALEMENT

LIZIBA SOURCE DE VIE est un projet partenarial dans le domaine socio-économique dont le but principal est l'accès à l'eau potable pour tous à BULAPE, une ville située dans la province du Kasaï occidental en République Démocratique du Congo (RDC).


Le partenariat a été initié à la fois par les responsables de l'association congolaise de développement MWENGWA TSHIAMBI (c'est à dire "Grâce à Dieu") dans le but principal d'organiser, gérer, entretenir et améliorer l'accès à l'eau potable dans cette ville et les responsables de l'association LIZIBA en Suisse qui sont tous deux parties prenante de ce projet.

Les associations Liziba Suisse et Mwengw'a Tshiambi sont des organismes non gouvernementaux (ONG) de développement sans but lucratif. Elles travaillent pour le développement intégral de la population de Bulape. Récemment, notre partenariat s'est élargi au domaine de la santé (ouverture d'une officine de quartier sous licence) et aux questions agricoles (fondation d'une petite exploitation piscicole).


Ci-dessus : l'équipe de travail de l'Association locale nommée "Mwengw'a Tshiambi"
avec leurs locaux et installations.

POOL DE COMPETENCES EN MATIERE D'EAU POTABLE

APPEL A TOUTES LES PERSONNES, GROUPEMENTS, ASSOCIATIONS,
SOCIÉTÉS, FÉDÉRATIONS ET INSTITUTS EN SUISSE ROMANDE
______________________________________________________________________

Dans le cadre de la création d'une plateforme de réflexion et d'échanges intitulée Dignité et Développement, l'Association Liziba Suisse LANCE UN APPEL POUR FORMER UN POOL DE COMPÉTENCES dans le domaine de l'accès à l'eau potable et de la thématique l'eau potable en général. 

ULTRA-TRAIL DU MONT-BLANC 2015 : MAGNIFIQUE !

Orsières, jeudi 27 août 2015, 8h14. Juste avant le départ, les 1370 coureurs de l'OCC Orsières-Champex-Chamonix trépignent devant les 53 km à parcours et les 3'300 m. D+ à franchir. Quelle ambiance ! Liziba vous accompagne !

 Pascal et Colette Tornay reçoivent le chèque de 7'225 EUR sur la scène de la place centrale de Chamonix des mains de Catherine Poletti, directrice générale de l'UTMB. Quelle joie !

ENFIN A BULAPE : OU QUAND LA SUISSE ET LE CONGO S'EMBRASSENT

01.07.2015 - Ce premier juillet, le couple Pascal et Colette Tornay ont enfin atteint Bulape. Quel ne fut pas leur stupéfaction en arrivant : les responsables locaux ont construit une maison pour eux, peinte aux couleurs de l'association Liziba Suisse... Et ce ne fut pas la seule surprise. Durant deux semaines, les rencontres se succèdent avec les bénéficiaires du projet, les gens des différents quartiers, etc. Voici donc les partenaires suisse et congolais réunis pour la première fois avec la mission de faire connaissance, de trouver des marques pour le futur, de rencontrer la famille de Colette ainsi que le comité de l'association locale et enfin, surtout, de vérifier le travail réalisé au niveau de l'assainissement des sources naturelles.

Mots de bienvenue des responsables de l'association Mwengw'a Tshiambi et du Chef Sylvain Bidiaka, chef du Groupement de Bansueba-Bulape (M. le Maire) >>>

Le séjour a été parsemé de temps de partage et d'échange notamment avec les employés de l'association, les ingénieurs, les techniciens et les maçons, mais aussi avec les responsables de quartiers et les autorités locales. "Dorénavant, nos contacts seront plus étroits et plus féconds puisque nous avons pu vous voir" se sont exclamés les responsables civils et coutumiers.

Nous avons profité de ce temps sur place pour améliorer les modes de gestion, la transparence et les statuts de l'association Mwengw'a Tshiambi et pour envisager nos collaboration futures. Il a été décidé notamment
- de collaborer plus étroitement avec les autorités locales,
- de nommer un responsable de l'entretien des lieux de puisage,
- de placer des signaux didactiques aux sources pour faire respecter les conditions d'hygiène.

Il est aussi prévu d'acheter des parcelles dans le but d'y bâtir les infrastructures nécessaires à la création d'un réseau de citernes (maisons, citernes, réseau d'adduction, lieux de puisage et de lavage). Ces questions doivent encore être discutées en Suisse avant que le financement nécessaire soit mis à la disposition de nos partenaires à Bulape.

Quelques images de ce voyage et de ces rencontres inoubliables.

Assis sur la source de vie du quartier Katabala II

Notre ingénieur Adrien, membre de l'équipe technique
fait aussi le lien avec la Zone de Santé de Bulape.


En compagnie de notre ami, l'évêque de Mweka,
Mgr Gérard Mulumba Kalemba, porte-parole
des premiers responsables locaux du projet.

 
Rencontre avec les autorités locales
 
Les autorités locales : à gauche le Chef Bidiaka,
Chef de Groupement (Maire) et à droite le Chef Katshiabala,
Chef de Clan Bashimbangu, la tribu de Colette.

Ce jour-là, on a organisé en l'honneur de Pascal, une danse fastueuse réservée à l'intronisation des chefs locaux. Elles n'est exécutée que lors des intronisations et des funérailles des notables. Quelles moments inoubliables !
En compagnie des responsables et de l'équipe technique.


En brousse, sur le chemin des sources. 
Au premier plan Valentin Masheki Pembe, responsable technique 
et vice-président de l'association Mwengw'a Tshiambi.


A la source Kama-Mashanga, les femmes font la lessive. 
Activités inappropriées près des lieux de puisage de l'eau...
Mais il n'existe pas d'autres lieux...
 

L'Equipe technique.

La petite officine de l'association ouverte il y a un an.
Mais fermée à l'occasion de notre venue...

A Mweka, devant la succursale de l'agence de transfert d'argent. 
Lieu où se rendent les responsables pour prendre possession du financement suisse.

Pascal a été intronisé Chef coutumier de la tribu des Bashimbangu par les autorités. Un titre honorifique dont il est très fier !


Colette en compagnie de Papa Léonard, président de l'association Mwengw'a Tshiambi et père de Colette, 
ainsi qu'une de ses tante et Henriette Mwanga, sa mère.


Bureau et siège de l'association à Bulape.


Il y a toujours du monde aux sources. Ici, le canal d'évacuation.

 
Au retour à Francfort. La fatigue est là.
Il faudra quelques temps pour réaliser 
tout ce que nous avons vécu...
Quelles merveilles !