L'eau, source de vie

L'eau, source de vie

Réalisation d'une citerne dans le cadre du projet agro-pastoral Tshikapa

Voici quelques images vidéos de l'évolution de la construction de notre nouvelle citerne sur notre parcelle Tshikapa (37'500 m2) dévolue au développement de notre projet agro-pastoral. Financée en partie par ALTIS, par nos coureurs solidaires UTMB, et les contributions de nos fidèles amis, la citerne (42'500 lt) est terminée et les abondantes pluies récentes auront tôt fait de la remplir. Ouvrage complémentaire, un château d'eau est actuellement en construction. Il permettra d'avoir une certaine pression dans les arrivées d'eau de la maison et dans les tuyaux d'arrosage... La citerne doit encore être équipée d'une pompe solaire qui alimentera le château d'eau et la maison d'installations électriques solaire et le tout sera fonctionnel d'ici quelques mois.

>>> Nouvelles des travaux de forage : L'entreprise GETRACO, notre partenaire, n'a pas (encore) satisfait sa part du contrat en raison de l'utilisation d'outillages vétustes et défectueux qui provoque des saccades dans la continuation normale des travaux et des retards très importants. Deux forages ont déjà été effectués. Ils ont montré la présence abondante d'eaux souterraines, tout cela sans que les travaux n'aboutissent. Actuellement, notre conseiller juridique, Me Moïse Tshibala, est chargé, de la part du comité LIZIBA Suisse, de suivre de près ce dossier et de prendre toute mesure nécessaire pour obtenir satisfaction de notre contrat. Notez que nous avons déjà financé 60 % des travaux.

 

 

Projet agro-pastoral "Tshikapa"

Un projet agricole expérimental.

En parallèle au projet de forage, nous développons aussi à Bulape (env. 30'000 hab.) un projet agro-pastoral. Mais ceci ne serait pas pensable sans un approvisionnement stable en eau. En effet, les champs se trouvent là où l’eau est disponible c’est-à-dire aux périphéries de la ville, loin des habitations. Et ce n’est pas commode ni pour l’irrigation ni pour abreuver les animaux.


Une parcelle qui promet...

En vue du démarrage d'un tel projet, LIZIBA Suisse avait acheté en 2015 une parcelle de 3.75 ha dans l’objectif d’y implanter, à terme, une structure expérimentale (agriculture et élevage) capable d’engendrer des revenus (autofinancement), des emplois (circulation de l’argent), des compétences nouvelles en matière agronomique et la commercialisation de denrées plus rares. La parcelle est composée de champs et de forêt.


Alimentation en eau : talon d'achille...

Le problème, c’est que la parcelle - comme tant d'autres - est éloignée de toute source d’eau. Dans ce contexte, impossible de développer l’agriculture et l’élevage. Pour pallier ce problème, nous envisagions de réaliser un forage, mais l’altitude de la parcelle ne permettait pas de fournir ensuite de l’eau à d’autres quartier par adduction gravitaire. Après réflexion, et notamment aussi pour des raisons de coûts, nous avons préféré construire une (première ?) citerne enterrée d’env. 40 m3 permettant – la pluviométrie l’autorisant – la collecte des eaux de pluie. La construction de la citerne est donc liée à la construction d’un bâtiment d’habitation et d’un dépôt de marchandises avec une surface de toit correspondante pour le remplissage de la citerne. La citerne, qui sera munie d’une pompe solaire, permettra l’alimentation en eau potable des familles vivant sur place ainsi que du bétail, d’une part et l’irrigation des cultures d’autre part.


Une petite exploitation est déjà en fonction.

Depuis notre visite sur place en 2019, nos partenaires ont implanté sur le site diverses cultures et notamment une plantation d’environ 200 caféiers, palmiers à huile et divers autres arbres fruitiers ainsi que du maïs, du niébé (haricots) et du soja. Du côté de l’élevage, ces derniers mois, de nouvelles clôtures ont été élevées ainsi que des enclos ou abris qui accueillent d’ores et déjà quelques porcs et chèvres, une dizaine de poules et 20 canards. Actuellement, l’alimentation en eau se fait par la collecte des eaux de pluie ou le transport d’eau depuis les sources. Ce qui est très fastidieux.

Assurer les soins aux animaux...
 

Cultiver en respectant l’environnement, développer les cultures de nouvelles espèces et élever des animaux demandes des compétences et des connaissances particulières qui ne sont pas dans les mains de tous. Surtout dans une structure que nous souhaiterions expérimentale. L'équipe sur place a donc fait appel à un agronome reconnu pour un suivi agronomique et à un fermier expérimenté de la région pour des conseils notamment en matière vétérinaire. 


Finances.
 
Le projet a reçu le soutien d'ALTIS qui a contribué pour CHF 3'500.--

Le projet est devisé à environ 15'00 CHF. La construction de la maison a déjà commencé ce printemps. 

1. Construction de la citerne en béton de 40 m3 : Fr. 5'000.—.
    · Matériaux et matériel : Fr. 4'000.— (dont Fr. 2'000.— de ciment) y compris panneaux et pompe solaire.
    · Transport et frais annexes : Fr. 300.—
    · Salaires et main d’œuvre : Fr. 700.—

2. Construction de la maison d’habitation avec son dépôt annexe : Fr. 7'500.—.
    · Matériaux et matériel : Fr. 6'000.—  (dont Fr. 3'000.— de ciment !)
    · Transport et frais annexes : Fr. 500.—.
    · Salaires et main d’œuvre : Fr. 1’000.—.

3. Agriculture et élevage : Fr. 2'800.—.
    · Construction des ouvrages en méthode traditionnelle abritant les animaux (abris, enclos, abreuvoirs) : Fr. 1'000.—.
    · Honoraires pour l’acquisition de compétence auprès d’un ingénieur-conseil en agronomie et d’un fermier expérimenté : Fr. 700.—.
    · Achat d’animaux pour la reproduction (pigeons, poules, canards, porcs et chèvres) : Fr. 800.—.
    · Frais sanitaires et vétérinaires : Fr. 300.—.

 Nous espérons pouvoir vous donner de bonnes nouvelles dans le prochain numéro de LIZIBA Infos en septembre.

Dernières nouvelles

Notre dernier bulletin LIZIBA Infos n° 1-2021 vient de paraître alors qu'à Bulape, les problèmes techniques et logistiques ont eut raison du premier forage. Depuis lundi 3 mai, les équipes GETRACO et nos amis de l'ADMT, sont à pied d'oeuvre et ont repris le travail avec un deuxième forage. Mercredi 5 mai, on nous annonçait déjà qu'une profondeur de 55 m. était déjà atteinte sans trop de problèmes. 
 
Ces derniers jours, les bonnes nouvelles se poursuivent, malgré de nombreux et pénibles problèmes techniques (avaries du matériel GETRACO de très mauvaise qualité) : tuyau percé, tige de forage cassée, moteur défectueux... L'équipe travaille avec un courage hors pair, même la nuit pour assumer ce qu'il faut pour avancer correctement. 
 
L'eau est bien présente, en quantité selon les premières estimations. A préciser encore. Le forage atteignait 127 m. de profondeur vendredi 7 mai. L'objectif de 140 m. n'est plus très loin et devrait être atteint en ce tout début de semaine si les réparations du matériel se déroule correctement. Ensuite et sans attendre, les travaux se poursuivront avec le tubage.
 

Vente des sapins de Noël à Orsières : MERCI !

Nous devons un immense MERCI aux gens d'Orsières et aux autorités communales pour la somme collectées en faveur de l'Association LIZIBA Suisse lors de la vente des sapins de Noël le 9 décembre dernier. En effet, à la suite de cette journée, une somme de près de 4'000 CHF nous a été remise par les autorités.
Un MERCI PARTICULIER va à M. Jean-Claude Duay, conseiller communal et Mme Alexandra Duay ainsi qu'aux responsables et aux employés du Service forestier de la Bourgeoisie d'Orsières.

DE L'EAU AU COEUR DE LA VILLE

PROJET FORAGES 2020-2021
On en rêvait depuis des années... Faire jaillir l’eau potable au cœur de la ville de Bulape (35'000 hab.) dans la province du Kasai en Rép. dém. du Congo ! Ce rêve est aujourd’hui à bout touchant…
Après avoir aménagé une vingtaine de lieux de puisage, il est maintenant temps que l’eau coule en abondance dans les quartiers de Bulape ! Nous comptons sur vous pour que notre rêve devienne réalité. Nous avons la technique et les ressources humaines, vous avez des moyens financiers ? Devenons partenaires et réussissons ensemble !

Signature en juillet 2019 sur le drapeau suisse, d’une charte d’engagement partenarial
entre les autorités locales, les responsables de l’Association LIZIBA Suisse
en vue du projet forages 2020-2021.

Le portage sur la tête s’apprend dès le plus jeune âge…
On porte tout sur la tête !

Les enjeux

Dans cette région équatoriale, les réserves d’eau souterraines sont immenses, mais d’un accès très difficile. L’accès à cette denrée vitale qu’est l’eau potable est un défi quotidien dans bien des régions de la Rép. dém. du Congo. Il faut plus de 1,5 heures pour se rendre aux sources aménagées aux périphéries de la ville et la ramener à la maison. C’est le lot quotidien de dizaines de femmes, de jeunes gens et même d’enfants… 25 kg d’eau sur la tête pendant des heures et plusieurs fois par jour… Imaginez-vous!

Le projet en bref
Forer des puits d’accès à la nappe phréatique et distribuer l’eau dans les quartiers.

  • Créer des puits d’accès à la nappe phréatique, en pomper l’eau à l’énergie solaire pour la distribuer dans différents quartiers de la ville par adduction gravitaire. Après une dernier sondage électro-magnétique pour nous assurer de la présence réelle d’eau dans le sous-sol, nous démarrerons les travaux courant septembre 2020 avec le percement d’un premier forage.
  • D’un montant de 50'000 USD, ce premier contrat a déjà pu être signé grâce notamment à notre partenariat avec l’UTMB et avec la générosité des coureurs solidaire.
  • Nous osons espérer pouvoir signer un deuxième contrat pour la création d’un autre puit en 2021. En effet, un seul puit ne suffira pas pour toute la ville.


Les bonus du projet

  • Diminuer la pénibilité de l’accès à l’eau potable.
  • Permettre un accès facilité aux personnes à mobilité réduite.
  • Permettre aux enfants qui n’ont plus à aller puiser loin une fréquentation plus régulière de l’école.
  • Le temps gagné permet aux mères de famille de s’adonner à une activité agricole ou lucrative.
Rue centrale et commerçante de Bulape.

Le transport très pénible de l’eau des sources jusqu’au domicile
pourrait progressivement cesser avec le percement de puits au cœur de la ville.

Un immense merci...
… à vous, chers donatrices et donateurs réguliers, chers amis de l’UTMB, chers coureuses et coureurs solidaires, qui nous offrez toujours et encore votre fidèle et solide soutien. Il nous permet d’espérer le succès de ce nouveau projet de développement.

EN SAVOIR DAVANTAGE...

Deux partenaires de confiance

  • La Société Générale de Travaux de Construction (GETRACO), notre partenaire technique dispose des compétences, des connaissances techniques et du savoir-faire pour accomplir cette mission main dans la main avec LIZIBA Suisse.
  • Notre association jumelle de développement « Mwengw’a Tshiambi », qui est sur place à Bulape, supervise la réalisation des travaux et la mise en route du projet au départ de la GETRACO, assure la part sociale du projet, c’est à dire notamment la mise en place des équipes de distribution et d’entretien, le dialogue avec la population et avec les autorités locales.

Le processus

  • Les observations de notre technicien sur place, une étude de l’Université de Neuchâtel pour tenter de discerner avec plus de certitude la présence d’eau potable dans le sous-sol de Bulape sont positives. Avec ces données, nous avons pris le risque raisonnable de signer un contrat d’engagement avec la société GETRACO pour la réalisation des travaux et la mise en service des ouvrages.
  • Dès que l'équipe sera sur place, la GETRACO effectuera un sondage électro-magnétique sur le lieu même du forage. Ce premier forage permettra d'obtenir davantage de garanties techniques et géologiques sur la présence de l’eau souterraine, sur les réserves aquifères et la qualité géologique du sous-sol.
  • Les engins de la GETRACO seront sur place à mi-septembre pour réaliser les forages ainsi que les ouvrages annexes liés au pompage solaire, au stockage de l’eau et à sa distribution.
  • A partir du forage, quatre bornes fontaines seront alimentées dans différents quartiers par adduction gravitaire.
  • La GETRACO assurera pour nous la réalisation des travaux, le suivi et, par la suite, la formation des personnes responsables du suivi et de l’entretien sur place en lien avec notre association jumelle.
  • Notre association jumelle supervise le projet et assume le suivi à long terme en matière de gestion et de distribution.

Le budget

  • Grâce à vous, nous avons donc pu réunir pour l'heure la somme incroyable de 50'000 US$ qui nous a permis de lancer les travaux.
  • Ce premier forage ne permettra pas de fournir toute la population. Nous devrons très certainement poursuivre notre collecte pour réaliser d'autres forages.
  • Nous comptons sur votre aide !

RETROSPECTIVE 2019

Signature d'une charte d'amitié entre
LIZIBA Suisse, l'ADMT et les autorités locales
en vue de la réalisation du projet forage
Le voyage 2019 à Bulape de Meinrad Coppey, Pascal et Colette Pembe-Tornay a été un tournant. En effet, une multitude de contacts ont été pris avec des acteurs-clés et des observations déterminantes, sur le terrain, ont été réalisées. 

Nous avons été très satisfaits de l'excellente qualité des eaux, tant pour les eaux de pluie retenue dans les citernes, que pour celles provenant des diverses sources aménagées. Les tests chimiques effectués sur place nous ont largement rassurés.

L’eau est abondante mais, malgré les sources naturelles aménagées, d’accès extrêmement pénible, c'est pourquoi en lieu et place du projet de construction de citernes, nous avons étudié la faisabilité d’un projet de forage en lien avec des partenaires spécialisés. S’il était couronné de succès, ce projet serait une avancée spectaculaire pour le confort et la sécurité alimentaire de la population de toute la ville qui n’aurait plus à aller puiser au loin.
Vous voulez nous aider ? Votre don fera la différence... Quelques francs peuvent changer le cours des choses... sachant que le salaire journalier d'une simple employé avoisine les 5 CHF... Pensez-y !

MEINRAD COPPEY EN RDC

Sur les pas de Tintin, l’association LIZIBA m’a offert l’opportunité de découvrir un petit coin de ce vaste pays aux mille collines. Accompagné de Colette et Pascal, j’ai pu, 5 semaines durant (juillet aout 2019), me plonger dans le quotidien d’une population chaleureuse et rieuse.

De retour du Congo : Mission accomplie !

Nous voici de retour (29.7) d’un long et éprouvant voyage ! Avec Meinrad Coppey, d’Orsières, notre « œil technique », Pascal et Colette Tornay sont en effet partis « en mission » à Bulape le 23 juin dernier pour 5 semaines.

Objectifs du déplacement ? Evidemment les retrouvailles familiales étaient largement attendues, mais sur le plan de notre partenariat socio-humanitaire, il s’agissait plutôt d’évaluer les travaux réalisés, de stimuler et d’accompagnement nos responsables, développer les activités liées à l’eau potable en priorité, mais aussi les activités agricoles et sociales, et approfondir les relations avec les autorités locales civiles et coutumières.

Des forages ? La vue de Meinrad Coppey avait un but avoué : déterminer les conditions sanitaires, topographiques et techniques pour effectuer des forages. En effet, pouvoir servir la population en eau potable au cœur de la ville est le point d’attention de tout le comité depuis quelques mois. Une entreprise congolaise expérimentée et spécialisée dans ce genre de travaux a été contactée et les discussions vont bon train. Les études de faisabilité ont déjà donné lieu à des devis chiffrés. Les observations de nos sources aménagées et les analyses bactériologiques des eaux de Bulape faites par notre ami Meinrad Coppey montrent que l’eau est présente en abondance et qu’elle est parfaitement potable. Mais la nappe phréatique est-elle présente sous la ville elle-même ? Des études complémentaires seront réalisées prochainement avec nos spécialistes et avec l’Université de Neuchâtel qui a mis au point une méthode d’investigation par satellite…

Une polyclinique ? L’équipe a aussi visité la polyclinique d’Yvonne et Edmond située à 250 km au sud de Kananga, capitale du Kasaï central. Le couple exploite ce petit hôpital depuis plus de 10 ans. Il a récemment été reconnu par l’Etat comme un centre de référence et accueil, dans des conditions difficiles, des patients atteints de problèmes dont les centres de santé de l’Etat ne parviennent pas à s’occuper. En envoyant son équipe sur place, le comité LIZIBA Suisse souhaitait obtenir un rapport documenté au sujet de cette structure de santé qui a été mise à rude épreuve lors des événements guerriers de Kamuina Nsapu en 2016-2018. Dans ce lieu, Yvonne et son équipe de médecins et d’infirmiers font des « miracles » avec rien. Le comité va statuer sur ses capacités à soutenir plus régulièrement la Polyclinique Luse Lua Nzambi (Grâce à Dieu).

A bientôt. Le temps de débriefer cette expérience forte, le comité sera en mesure de donner de plus amples nouvelles dans son journal d’octobre prochain…

 
 



PRESENTATION

LIZIBA SOURCE DE VIE est un projet partenarial dans le domaine socio-économique dont le but principal est l'accès à l'eau potable pour tous à BULAPE, une ville située dans la province du Kasaï occidental en République Démocratique du Congo (RDC).


Le partenariat a été initié à la fois par les responsables de l'association congolaise de développement MWENGWA TSHIAMBI (c'est à dire "Grâce à Dieu") dans le but principal d'organiser, gérer, entretenir et améliorer l'accès à l'eau potable dans cette ville et les responsables de l'association LIZIBA en Suisse qui sont tous deux parties prenante de ce projet.

UTMB 2017 - BEST OF...

Magnifique édition UTMB pour LIZIBA Suisse qui a pu rencontré un plus grand nombre de ses coureurs solidaires sur le tracé, à Champex ou à Chamonix... Pas facile de les (r)attraper, car tous courent très, très vite. Un grand, très grand MERCI à chacun d'eux pour ce qu'ils nous ont permis de vivre. Qu'ils aient dû abandonner dès avant de partir, durant la course ou qu'ils aient terminé LIZIBA Suisse leur rend hommage...

BRAVO ET FELICITATIONS !

 Le Team LIZIBA Suisse court avec Robert Gushiken et l'accompagne jusqu'à l'arrivée.