L'eau, source de vie

L'eau, source de vie

PROJET SOURCES

BILAN 2013-2017
 
Plus d'une quinzaine de sources naturelles ont donc été assainies et aménagées. L'eau claire coule à flots et la population exulte ! En plus d'avoir de l'eau claire et propre, des lieux de puisage hygiéniques et dignes, les habitants voient le nombre de gens touchés par les maladies hydriques reculer de manière exceptionnelle !
 Projet « SOURCES » 2013-2016 en chiffres :
10 emplois
17 sources assainies dont 3 avec des réservoirs d'appoint
plus de 25'000 habitants servis
près de 50'000 CHF investis

Une dizaine de lieux de puisage décents ont donc vu le jour durant la seule année 2014 ! Ces sources sont toutes situées aux périphéries de la ville et ont un débit variable entre 5 et 30 l./min. Chacune a été nommée suivant le lieu-dit où elle se trouve.

Qui aurait pensé en août 2013 – alors que l’évêque émérite de Mweka Mgr Gérard Mulumba s’en retournait chez lui en nous ayant laissé le soin d’aller de l’avant avec le PROJET SOURCES – qu’en août 2017, nous aurions investis plus de 50'000 CHF pour cette cause ? Personne et surtout pas nous, membres du comité... En effet, en 2013, nos partenaires sur place – c’est-à-dire les membres de notre association partenaire Mwengw’a Tshiambi (c'est à dire Grâce à Dieu) – nous présentaient par le biais de l’évêque de Mweka, un projet d’assainissement de 10 sources naturelles assorti d’un budget de 22'450 USD. Nous nous étions dis que nous nous en sortirions progressivement et que, d’ici deux à trois ans, toutes ces sources seraient assainies et mises à la disposition des habitants.

Grâce à vous, chers amis, grâce aussi au coup de pouce de nos coureurs solidaires de l’Ultra-Trail du Mont Blanc, nous avons pu accomplir toute la tâche en une année seulement. Toute la tâche et même plus puisque plusieurs autres sources munies d'un réservoir d'appoint ont été construite les années suivantes.

Pourtant, s’approvisionner en eau potable reste extrêmement pénible ! Chaque jour, il faut marcher plusieurs heures pour parcourir les 4 à 6 km qui mènent de la ville aux sources avec parfois jusqu’à 40 l. d’eau sur la tête. C'est pourquoi nous poursuivrons ces prochaines années avec le PROJET CITERNES.

Le PROJET SOURCES touche ainsi à sa fin. Pourtant, il est possible que nous financions encore la réalisation de l’une ou l’autre source complémentaire, par exemple en 2017 dans la communauté villageoise voisine de Patambamba (7km), et c'est le cas récemment dans un hameau voisin, dans le but de désengorger le puisage à certaines sources plus prisées que d’autres en raison de la proximité des habitations ou d’un débit plus important.

RESULTATS VISIBLES DU PROJET

Pour assainir une source il faut d’abord effectuer un travail de relation sociale avec les habitants du quartier pour qu’ils saisissent les enjeux d’un tel travail, qu’ils puissent eux-mêmes apporter leurs idées et leur main d’œuvre pour qu’ensuite ils réussissent à respecter le travail accompli pour le bien de tous ! Cela nécessite un travail de concertation avec les chefs coutumiers et les chefs de Groupement (maires) pour qu'ils prennent sous leur autorité les travaux accomplis, les protège et promeuvent leur utilisation intelligente et durable.

 AVANT

APRES


Concrètement, il s’agit de :
- nettoyer les alentours et protéger la zone de captage des déprédations et de l'érosion
- drainer l’eau jaillissante
- la collecter et l’amener dans une chambre de captage
- créer un réservoir muni d'un regard (réservoir qui sert aussi à laisser les sédiments se déposer)
- aménager une aire de puisage en béton
- assurer ensuite un contrôle et un entretien régulier du site.
- collecter des fonds pour l'entretien, l'extension, la promotion de l'eau.

 AVANT

  APRES







Travaux d'aménagement
autour des sources naturelles.


La joie est visible
sur les visages !

La réalisation de tous ces projets crée de  l'emploi, redynamise l'économie locale (forgerons, menuisiers), fédère les populations des quartiers et leur redonne confiance en l'avenir, car ils voient que, concrètement, un progrès est possible.






GRAND PROJET D'ADDUCTION GRAVITAIRE

A long terme, un projet - trop ambitieux pour le moment - d'adduction gravitaire à partir des cascades de la rivière Ngongo viserait à approvisionner durablement les habitants sans qu'ils n'aient plus besoin de passer des heures à transporter l'eau depuis les sources naturelles qui sont situées à plusieurs kilomètres de distance des lieux habités. 
Ceci nécessiterait
1. la pose des conduites d'eau potable jusque dans les différents quartiers de Bulape ;
2. la construction de citernes publiques et de bornes fontaines ;
3. la fondation de petits comités de quartiers qui prennent la responsabilité de l'entretien de ces infrastructures.

Le Comité Mwengwa Tshiambi est actuellement en train de s'entourer de gens expérimentés et formés dans le domaine de l'hydro-géologie. Il a déjà envoyé en Suisse un avant-projet d'adduction gravitaire qui doit encore être affiné et précisé au niveau de l'ingénierie, de l'architecture, être agréé par la population et des autorités locales. Le coût total du projet devrait avoisiner les 100'000 USD que nous financerions par étapes sur plusieurs années. Pour y parvenir, nous devrons probablement trouver un financement complémentaire via des fondations tournées vers ce genre de projet.

Pour le moment, nous avons choisi de laisser de côté ce grand projet au profit du PROJET CITERNE, plus réaliste.